Eglises rupestres du Tigré

Dans la région Nord-Est de l’Ethiopie, nichées dans les hautes falaises rouges, les églises rupestres du Tigré dominent timidement dans les altitudes. Ces édifices creusés dans la roche-même sont répertoriées en 4 groupes, selon leur emplacement géographique : allant de l’Est à l’Ouest, on distingue les églises du massif du Wemberta, celles du Gueralta, celles du Tenbien et celles qui sortent des alentours de ces trois massifs.

Deux centaines d’églises ont été recensées, éparpillées dans les massifs montagneux. Pour faire leur tour, un circuit programmé d’une semaine est conseillé, pas seulement à cause du nombre élevé de monuments religieux à visiter, mais surtout à cause de leur niveau d’accessibilité. En effet, certaines se situent en bord de route, et peu d’effort est exigé pour les atteindre. D’autres par contre nécessitent des procédés plus élaborés pour pouvoir être visitées.

Quel que soit le moyen d’y entrer, il est une chose commune à toutes les églises : le paysage merveilleux observé depuis leur seuil. Puis, en visitant chaque édifice, on notera qu’elles ont aussi chacune de quoi époustoufler le visiteur. Dans leur plan, dans leur ornements, ou juste dans leur architecture, elles sont différentes l’une de l’autre mais chacune a une beauté tout aussi captivante.

L’église d’Abreha we Atsebeha, par exemple, se distingue par sa taille imposante et sa décoration. 13 colonnes méticuleusement décorées supportent le toit entièrement taillé dans la roche. Une autre que l’on peut citer est l’église d’Abune Abraham. En son intérieur, un éventail de bois datant du XVème siècle présente sur chacun de ses 34 panneaux un saint. Enfin, le Monastère de Debre Damo – le plus ancien d’Ethiopie – se spécifie par le fait que l’on n’y accède que grâce à une escalade de 15 mètres en corde. En outre, il est aussi interdit d’accès aux femmes.